Contact
France
Contact us
Replay

La ruée vers l’Or 4.0 : Le marché du E-commerce Chinois

News and insights
#e-commerce

De nombreuses entreprises européennes ont déjà osé pénétrer sur le marché chinois. Cela est compréhensible, le potentiel étant indubitablement colossal. Le marché du e-commerce tout particulièrement, se développe rapidement et déclenche une véritable ruée vers l’or parmi les entreprises étrangères. Cependant, entrer sur le marché chinois est un défi complexe qu’il est difficile d’accomplir sans un partenaire bien informé. Quelles sont les caractéristiques du marché chinois du e-commerce et comment les entreprises occidentales peuvent-elles relever au mieux un tel défi ?

Le marché du e-commerce en Chine est en plein essor : plus de 730 millions de personnes utilisent Internet quotidiennement, quasiment 24h/24. En réalité, aujourd’hui, les Chinois passent déjà beaucoup plus de temps sur les médias digitaux que sur les médias offline. Il n’est donc pas surprenant que l’Empire du Milieu abrite le plus grand marché mondial du commerce en ligne, avec un chiffre d’affaires presque deux fois plus élevé que celui des États-Unis. Rien qu’en 2017, le marché chinois du commerce électronique a augmenté d’environ 24 %.

Au vu de ces chiffres impressionnants, la devise des entreprises occidentales devrait être « Go east ». Cependant, malgré cette euphorie justifiée, il existe de nombreux points à garder à l’esprit si l’on souhaite que cette entrée sur ce nouveau marché soit couronnée de succès.

BAT au lieu de GAFA
Les canaux par lesquels les consommateurs chinois doivent être atteints sont très différents de ceux du monde occidental. Les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) ayant peu de parts de marché sur place, le savoir-faire acquis précédemment n’est pas applicable en Chine. D’autres acteurs clés mènent le jeu: Baidu, Alibaba et Tencent (BAT). Les principales plates-formes de e-commerce Taobao (Alibaba) et Jingdong (Tencent) couvrent à elles deux environ 90 % du marché total et forment, avec WeChat, les deux écosystèmes clés de la Chine numérique.

WeChat, un mélange de Facebook et WhatsApp, est l’application prédominante sur l’ensemble des médias sociaux et fait aussi partie de l’empire Tencent. Les utilisateurs peuvent réaliser les activités classiques des médias sociaux à l’aide de WeChat. En outre, il est également possible par exemple, de payer des factures d’électricité ou de restaurant via l’application. Grâce à WeChat, le pays s’émancipe de l’argent liquide.

Ajoutez à cela Baidu, qui est comparable à Google. L’entreprise, qui était à l’origine un simple moteur de recherche, est en pleine évolution. Ainsi, l’accent est mis sur les technologies modernes telles que l’intelligence artificielle. Par conséquent, Baidu met tout en place pour conserver sa position de force sur le marché.

Un phénomène récent est celui des plates-formes vidéo, où les utilisateurs se présentent dans des clips de 10 ou 15 secondes, ou même des portails de streaming en direct. Ils sont particulièrement populaires auprès des Millennials et de la Génération Z en ce moment. Le potentiel de ces médias est immense : alors que les influenceurs célèbres en Europe ont des audiences à 5 chiffres, leurs homologues chinois atteignent parfois plus de 20 millions de téléspectateurs.

Le smartphone comme clé du marché E-commerce chinois
Non seulement les canaux utilisés, mais également les moyens par lequel les consommateurs sont approchés, doivent être optimisés pour répondre aux besoins chinois. Par exemple, une stratégie de marketing numérique ciblant les PC de bureau manquera la cible. La raison : Contrairement aux pays occidentaux, tous les ménages chinois ne possèdent pas de PC. Le smartphone est cependant utilisé beaucoup plus intensément et pour beaucoup plus d’activités qu’en Europe. Ici, l’opportunité pour les entreprises d’atteindre efficacement des millions de clients potentiels avec une simple application est tout à fait envisageable. L’expérience a montré que les Chinois avaient l’esprit technologique, étaient ouverts aux nouvelles idées et désireux d’expérimenter. Si une application offre un service utile ou divertissant, elle peut se propager instantanément. Toutefois, les préoccupations relatives à la protection des données ou à la vie privée n’ont joué aucun rôle jusqu’à présent.
Une autre évolution importante que les entreprises occidentales devraient garder à l’esprit lorsqu’elles envisagent d’entrer sur le marché chinois est la fusion croissante du monde online et offline. Cette dernière progresse rapidement, ce qui affecte le commerce dans les deux mondes. Par exemple, dans les supermarchés de la chaîne Hema, les clients peuvent faire leurs achats directement ou scanner des articles via une application pour smartphone. Ceci déclenche un processus de commande, qui se termine généralement le jour même avec la livraison de la commande à domicile. Hema est la propriété d’Alibaba, qui entend renforcer sa position de leader sur le marché grâce à ce concept innovant.

« One-Size-Fits-All » ne fonctionne pas – ce n’est pas possible sans la connaissance d’un insider
Il est temps pour les entreprises occidentales de franchir le pas vers le marché chinois. Ceux qui loupent le coche risquent bien de rater une occasion qui ne reviendra probablement pas à cette échelle.

Parce que les consommateurs chinois préfèrent faire leurs achats en ligne, l’accent doit être mis sur le marché du e-commerce. Pour y parvenir, le choix d’un partenaire fiable est de la plus haute importance. Il doit être sur le terrain en tout temps et travailler avec les forces locales – c’est la seule façon de rester connecté dans un environnement extrêmement dynamique. Corrélativement, un tel partenaire doit connaître les souhaits et les attentes des entreprises occidentales.

Le problème central : beaucoup de grandes entreprises étrangères font l’erreur de supposer que, lorsqu’elles ciblent la Chine, un certain niveau de notoriété de la marque existe déjà sur le marché. Les stratégies fondées sur cette hypothèse sont généralement vouées à l’échec, car elles ne tiennent pas compte des différences culturelles. Le principe de la taille unique ne fonctionne pas en Chine – si vous voulez réussir là bas, vous devez adapter votre marque au marché chinois. L’inverse ne fonctionnera pas. Il est absolument essentiel de faire appel à une expertise de première main. Seuls ceux qui ont déjà mené avec succès des campagnes en Asie réussiront à soutenir une entreprise qui pénètre sur le marché chinois en pleine expansion.

Pour plus d’informations sur le marché chinois, visitez https://www.netboosterasia.cn/ ou contactez-nous via le bouton ci-dessus.

 

Contactez nous

Publié par
Pascal Duriez, CEO APAC & Strategic Committee member