Contact
France
Contact us
Replay

Comment empêcher l’Europe d’être dépassée par la Chine et les Etats-Unis dans la course pour l’IA

News and insights
#Artificial intelligence

Le premier sommet Européen dédié à l’Intelligence Artificielle a lieu le 18 avril au Palais de Tokyo à Paris. Une position forte doit en émerger.

A quelques semaines des élections européennes, l’Intelligence Artificielle fait son apparition dans le débat politique, suite à la prise de parole d’Emmanuel Macron dans sa récente tribune sur l’Europe. Selon une étude McKinsey, en 2016, l’investissement public et privé de l’Europe était de 7 milliards d’euros contre 38 milliards d’euros pour les Etats-Unis et 20 milliards d’euros pour l’Asie. Depuis, cet écart n’a eu de cesse de se creuser. Un retard préoccupant: l’IA est l’une des technologies qui impactera le plus sûrement nos vies, en tant que travailleurs, en tant que consommateurs et en tant que citoyens. Elle va aussi déterminer la place de l’Europe sur la carte du monde. Il n’est pas trop tard mais il est urgent d’agir dès aujourd’hui en mutualisant nos efforts.

Malgré des investissements faibles, l’Europe n’est pas “dépassée” comme on l’entend parfois. Par exemple, les publications universitaires Européennes en IA entre 2013 et 2017 sont en tête en nombre de publications de recherche (30%) avant la Chine (24%) et les US (17%)! Un autre exemple est le succès de la librairie Python “Scikit Learn”, developpée par l’Inria, aujourd’hui la plus utilisée en Python pour faire du Machine Learning, devant le très médiatique TensorFlow. Pour autant, l’Europe ne pourra pas non plus être “première” en IA, face à une Chine qui a publié une feuille de route très agressive et des Etats-Unis soutenus par leurs locomotives technologiques.

[…]

 

Lire l’article entier